Ces femmes qui osent … #Lola

Si vous me suivez ailleurs qu’ici et notamment sur Instagram, vous avez compris que ces derniers temps j’ai fait du changement dans ma vie. J’ai décidé de mettre fin à mon contrat comme Chef de Projet en Agence à Biarritz. J’ai sauté le pas, sans filet pour me rattraper, parce que je ne pouvais plus. Je ne pouvais plus, pleins de choses. J’ai décidé de prendre du temps pour moi, pour ma famille, pour faire des choses bien, des choses bonnes, pour donner de mon temps et de mon énergie autrement. J’ai osé. J’ai osé assumer, vouloir être au chômage (oui, lui même, le vilain, le tout moche, la grande lutte), choisir de ne pas travailler, me mettre en retrait, risquer un « trou dans mon CV ». Je m’étais donné, offert, attribué 6 mois. 6 petits/grands mois pour moi. Finalement, la trêve n’aura duré que 3 mois. Un nouveau projet m’a trouvé, avant même que je ne me mette à le chercher. La chance.

ellesosentlogo

Durant ces semaines, j’ai pris du temps, j’ai usé le silence, j’ai fouillé, fouiné, visité, rêvé. Nous avons voyagé, j’ai profité de l’arrière-saison dans mon beau Pays Basque, j’ai passé du temps avec mes amis, j’ai rendu service à mon entourage. J’ai réfléchi et je me suis posé des questions, trop de questions parfois. J’ai hésité, j’ai tatonné. J’avais un rêve, un projet fou, une idée fixe. Je n’ai pas trouvé quelqu’un pour y croire avec moi. Je n’ai pas trouvé une personne qui me complète et puisse prendre mon rêve pour le coucher sur du papier à dossiers. Alors j’ai rangé mon rêve, j’ai accepté ce nouveau projet / challenge professionniel, et posé une couverture sur mon projet fou, en attendant son prochain réveil.

Alors, je me suis mise à réfléchir aux projets. Pas les miens, non, ceux en général. Les projets qui habitent tout le monde. Pourquoi certains d’entre nous, on l’air d’avoir une espèce de force intérieure, inscrite dans leur ADN, qui leur permet de dire « hey, au fait, demain je me lance ! ». Pourquoi on ne peut pas tous le faire ? Et puis être une femme dans tout ça, ça nous avantage ou nous ralenti ? ça veut dire quoi oser d’abord ?

Pour ne pas rester sur ces réflexions, j’ai décidé de poser la questions à des femmes de mon entourage, des amies, des connaissances, des collègues, des femmes que j’admire. Elles ont osé. Un jour elles ont tellement cru en leur idée, qu’elles l’ont concrétisée. J’ai décidé de vous en présenter quelques une. Elles ont osé créer une entreprise, quitter leurs villes, tout recommencer, s’engager, dire oui, y croire … Elles ont une force incroyable en elles, comme un feu qui réchauffe leur âme, un tout petit peu plus que le commun des mortels. Je vous propose donc cette série de portrait, pour vous inspirer, parce qu’elles sont belles, elles et leurs idées, pour poser une pierre de positif ici, parce qu’il y a des choses bien qui arrivent.

14-11-13-kindabreak-lolaki-13-07-37

Aujourd’hui, la première que je vous présente s’appelle Lola, elle a 27 ans et habite à Anglet (64). Elle tient l’adorable boutique de décoration LOLAKI à Biarritz. Je la connais depuis fort fort lointain, nous avons partagé les bancs de l’école maternelle ensemble. J’ai eu la chance de voir son bébé-projet naître et grandir de près, en réalisant notamment son logo et site web.

15354297_10154021418636641_2097904241_o

Bonjour Lola, peux-tu te présenter en quelques mots ? 

  • Bonjour, je fais ma vie avec mon amoureux et Keace (mon chat très poilu), j’ai une grande passion pour la danse, j’aime voyager, bien manger et faire des grasses matinées (le dimanche !).Et bien sûr j’adore suivre les tendances déco !
    Depuis le début du lycée je souhaite ouvrir une boutique de décoration, mes parents étant commerçants je connaissais quelques bases, j’ai souhaité me diriger vers la comptabilité pour en connaître plus sur la gérance d’une société. J’ai eu mon BTS comptabilité puis une formation licence commerce. J’ai ensuite travaillé 3 ans dans un magasin de décoration/meubles haut de gamme. Et aujourd’hui je tiens une jolie boutique de décoration sur Biarritz orientée sur le style nordique mixée à des accessoires Kawaï…: LOLAKI

 

Te souviens-tu du jour dans ta vie, où tu « osé » ? 

  • Oui, c’était fin mars 2014… j’ai décidé de me lancer ! Après tout j’avais assez de connaissances et d’aides autour de moi. Je me suis donc fixé d’ouvrir ma propre boutique, une boutique qui me correspond et que je puisse gérer seule. Après un peu d’organisation, de recherches, de choix, de persévérance et de détermination j’ai pu ouvrir fin septembre 2014 !

 

Peux-tu me définir « oser » pour toi ? 

  • Oser pour moi c’est concrétiser un projet, une envie, un désir.

 

10426586_319039848288227_3507513270200781573_n

Comment t’es tu lancée ? Comment as-tu sauté dans le grand bain ?

  • Un jour je me suis dis: « Mais pourquoi je n’ouvrirais pas mon commerce maintenant ? » J’étais en licenciement économique et je ne trouvais pas de boulot, au bout de 3 mois je n’en pouvais plus de ne pas travailler… c’était pour moi l’occasion d’agir. Grâce au soutien de mes proches je n’ai pas lâché mon projet une seule seconde!

 

Au quotidien, ça change quoi pour toi d’avoir « osé » ?

  • Je me sens vraiment libre dans mes choix, indépendante. Pour le coup on est vraiment fière de soi même !

 

Le referais-tu ?

  • Si je revenais en arrière je ferai exactement la même chose!

 

15321646_10154021409071641_1350455636_o

Quel conseil peux-tu donner à une femme qui voudrait « oser » ?

  • Toujours croire en soi et rester positive

 

De quoi rêves-tu encore ? Dans quoi te projettes-tu pour les années à venir ?

  • En perso j’ai encore osé cette année en construisant ma maison (en cours)! Côté pro j’aimerais bien développer Lolaki en ouvrant plusieurs boutiques en France mais il faut attendre de consolider LOLAKI Biarritz !

 

14-11-13-kindabreak-lolaki-13-07-58

As-tu envie de témoigner de quelque chose sur ta création d’entreprise ?

  • J’ai un petit coup de gueule concernant la chambre des commerces. Il y a plein de promesses qui ne sont pas tenues. Je les ai contacté lors de la création de mon entreprise, j’ai envoyé des demandes de prime jeune entrepreneur par exemple mais pas de réponses et pas d’aides réelles sur les prévisionnels etc… c’est dommage ça aiderait beaucoup de monde. Je remercie mes proches, mon chéri, ma maman pour toutes les étapes de création. Et je remercie mes clientes pour leur fidélité aujourd’hui! Un petit conseil: ne jamais se reposer sur ses acquis, il y a tant de choses à apprendre !

 

Un grand MERCI à elle, j’espère que cette petite rubrique vous plait. N’hésitez pas à partager et commenter ce que cela vous inspire ! Et rendez-vous dans quelques jours pour le #2 !

 

Photos by © Damien Dohmen de Garderes & Dohmen Photography pour KindaBreak


  1. […] quelques jours, je vous présente des Femmes qui Osent. Il y a eu Lola et sa boutique de décoration à Biarritz, puis Laure, son changement de ville et l’ouverture […]

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

INSTAGRAM
<3 INSTAGRAM